vendredi 20 avril 2012

Saison — 0, Épisode — 0

video
                                                              
                                                 Les poètes

4 commentaires:

  1. Flying with the birds….

    Les fous de bassan, les frégates, les coriaces sternes arctiques et les mouettes tridactyles, accrochées à leurs rochers suspendus au-dessus de la mer…

    Tous donnent de la voix !
    Ils s’égosillent… Mais ce n’est pas une complainte !
    La révolte monte.

    Etat d’esprit des oiseaux :
    http://www.dailymotion.com/video/x87gqx_trailer-les-oiseaux-1963-hitchcock_shortfilms

    Mouettes tridactyles sur leurs rochers :
    http://aevigiran.over-blog.com/photo-1691234-2010-07---Oiseaux---Mouette-tridactyle-00_jpg.html

    RépondreSupprimer
  2. Injure aux hérissons.

    Non, la colère ne gronde pas cher Axel, les volatiles n’agonissent pas, ils sont à l’agonie.

    Ce serait courage que des représentants de l’espèce humaine – tel ce biologiste – s’élèvent contre cela, fassent entendre leurs voix.
    Élèvent l'Homo sapiens au rang d'Humanité.
    Mais il n’en est rien comme il n’en sera rien - jamais.
    L’homme n’est pas un porc-épic.
    L’homme est un hérisson qui dresse ses piquants au travers du monde. Des aiguilles prestigieuses, une démonstration de puissance.

    Les prémisses dérisoires d'un futur écrasement, d'un avenir déchiqueté.

    Excellente journée à vous tous, et, particulièrement à Nina et au poète Alfonso.

    RépondreSupprimer
  3. Monsieur Hou disait à Jules Nerbard: "Le Phalacrocorax carbo sinensis vit sur l'île de Java, je l'observe depuis le bord la Meuse morte".

    RépondreSupprimer
  4. J'en demeure coi, chère "taler on oak"

    http://translate.google.fr/?hl=fr&tab=wT#fr|da|Virginie%20le%20chene%20parlant

    RépondreSupprimer

[La grand’salle du château.]

Entrent Hamlet et plusieurs Comédiens.

HAMLET
Dites, je vous prie, cette tirade comme je l’ai prononcée devant vous, couramment ; mais si vous la braillez, comme font beaucoup de nos acteurs, j’aimerais autant faire dire mes vers par le crieur de la ville. Ne sciez pas trop l’air ainsi, avec votre bras ; mais usez de tout sobrement ; car, au milieu même du torrent, de la tempête, et, je pourrais dire, du tourbillon de la passion, vous devez avoir et conserver une modération qui lui donne de l’harmonie.