samedi 20 février 2016


De l'utilité de créer des personnages presque fictifs



Je fais l'amour (je ne suis pas éjaculateur précoce : mais il m'arrive de vouloir jouir vite pour éprouver égoïstement encore plus de jouissance). Après la jouissance, je reste à l'intérieur un moment : je reste à l'intérieur jusqu'à cette sensation : mon sexe de moins en moins ithyphallique glisse vers l'extérieur : jusqu'à ce petit gémissement qu'elle émet quand mon sexe mou glisse mécaniquement vers l'extérieur.

Les premières pages de On ne meurt pas de chagrin (elles ne portent pas de numéro) visitent les corps. Le narrateur rapporte une scène d'amour qu'il n'a pas vue. Le lecteur peut très bien imaginer qu'il arrive au narrateur de faire l'amour exactement comme dans la scène inaugurale de On ne meurt pas de chagrin. Le corps. Ça commence par le corps. Ça commence par la saveur particulière des corps.

Un nocturne effet flotte sur les dernières pages de On ne meurt pas de chagrin (elles ne portent pas de numéro). Ça finit comme ça. La saveur particulière du ghost : une vapeur nette, un brouillard triste, une fumée de charbon. 

Ma femme (nous n' habitons pas la même aile du château mais nous nous croisons de temps en temps) a laissé traîner exprès le dernier livre d'Emmanuel Carrère : Il est avantageux d'avoir où aller. Je ne peux pas lui en vouloir mais maintenant, à cause du rapport final du livre : je ne pense qu'à ça : trouver un dé.

jeudi 18 février 2016


De l'utilité de créer des personnages presque fictifs


Les paquebots de la Manche et de la mer d’Irlande, les bateaux de fleuve et de rivière, les bateaux de la Seine – Hirondelles, Express et Omnibus. Les Mouches du port de Marseille. Les locomotives à grande vitesse des six grandes Compagnies françaises. Les aérostats militaires au Tonkin : l'apprenant Arthur Rimbaud sillonne la table des matières des « Merveilles de la science, ou Description populaire des inventions modernes » : Les Tomes de Monsieur Figuier !



Jamais (never !) je ne parle de "prétention" ou de "mauvaise foi" : ceux ne sont pas là mes mots.

mardi 16 février 2016


De l'utilité de créer des personnages presque fictifs



«J'en appelle à ton dégoût lui-même de tout et de tous, à ta perpétuelle colère contre chaque chose, - juste au fond cette colère, bien qu'inconsciente du pourquoi.» Cette phrase n'est pas dans « Délires I – Vierge folle  L'époux infernal.» Cette phrase est extraite d'une lettre de Verlaine à Rimbaud.

Je tourne la page : j'observe le décrochage. Le décrochage de la dernière scène du dernier acte de On ne meurt pas de chagrin. Je tourne la page : je me demande où je suis : je connais cet endroit.

La scène inaugurale elle aussi est tout de suite un décrochage.

Il y a un décrochage dans le podcast du Le masque et la plume de l'autre nuit : exactement le même décrochage que dans le finale de On ne meurt pas de chagrin : à la fin ils disent : Cioran, Schopenhauer, Clément Rosset : tout bas (pas du tout sur le même ton), ils sentent quelque chose, ils sentent que ce qu'ils font : c'est mal.

Il y a sur le blog du narrateur sans qualités des scènes bonus de On ne meurt pas de chagrin.

Il y a bien des façons de commenter On ne meurt pas de chagrin. Le rire, par exemple. Je me souviens d'avoir ri sur les pages suivantes :
– Rilke.
 L'excrément de l'oiseau.
 P4.
 La sœur : des fois, je ne sais plus où.
– Une analyse de Madame Mère sur l'éloquence africaine.
.
.
.

dimanche 14 février 2016


De l'utilité de créer des personnages presque fictifs


Quand Arthur Rimbaud et Germain Nouveau inaugurent leur modeste boutique de peintre décorateur à Londres, Londres exhale ce jour-là, une vapeur nette : un brouillard triste.

J'ai sous les yeux le manuscrit de Une saison en enfer : les pages avec Jésus comme personnage principal sont là.
L'ouvrier typographe a fait son travail.

Comme ça pour voir. Avant d'écrire. On ne sait jamais.

— Ah ! À propos de boutique de peintre décorateur : il faut deux “c” à siccatif.

‘Un flou de bougé en raison de l’ébranlement de l’obturateur.’ : — une assiette colorée !

Madame Rimbaud à midi déplace les bornes. Comme son fils.


mardi 9 février 2016


De l'utilité de créer des personnages presque fictifs




Le lecteur privilégié reçoit le livre par la poste et ne commente pas. Il y a bien des façons de commenter On ne meurt pas de chagrin. Le lecteur privilégié reçoit le livre par la poste et ne commente pas. Le grotesque et loufoque Alfonso peut commenter à la place du lecteur privilégié qui reçoit le livre par la poste et ne commente pas. La prostration du lecteur privilégié qui ne commente pas est la posture le plus aboutie de la révolte.

La prostration après la scène de l'oiseau mortellement blessé et l'enchaînement. 
La prostration après la scène de l'excrément de l'oiseau et l'enchaînement. 
La prostration après l'ultime altercation conjugale. 
La prostration du lecteur après la lecture. 

Il y a bien des façons de commenter On ne meurt pas de chagrin. 

ONMPDC est cinématographique. 

ONMPDC est un gif sur l'accablement infini qui nous saisit parfois dans l'ordre parfait du monde (ah, ah). 

Je vais adapter ONMPDC en 100 post très pressés de trente secondes. Death And Vanilla - Ghosts In The Machine est la musique du générique des 100 post  très pressés de trente secondes. You can do that. You can do that. 

Le narrateur sans qualités est maintenant administrativement Hors-service. Demandons-lui de reprendre pour ses abonnés le programme de philosophie de terminale. Les abonnés suivraient les cours du PSQ. Après les cours les abonnés se retrouveraient. Certains abonnés très rapidement feraient l'amour. Les abonnés se promèneraient. Les abonnés diraient des poèmes. Les abonnés danseraient : exactement comme dans Ghosts In The Machine de Death and Vanilla.

dimanche 7 février 2016